ULMUS CAMPESTRIS (Orme champêtre)

Description de son biotope

C’est une espèce naguère présente partout en plaine, mais la graphiose a fortement réduit la population. Cette espèce préfère les situations ensoleillées et les sols basiques mésophiles.

On en trouve dans des haies et des forêts alluviales.

Description

L’arbre peut atteindre les 40 mètres.

Tronc droit élancé à écorce lisse dans son jeune âge qui se fissure profondément en vieillissant, de couleur grisâtre à brun.

La ramification est distique. Les jeunes rameaux bruns et rouges sont parfois munis de crêtes ligneuses.

Les bourgeons sont petits, pubescents, pointus.

Les feuilles entières ovoïdes sont alternes, denticulées.

Le pétiole est court et le limbe dissymétrique à la base.

Lorsque l’on touche une feuille d’orme, celle-ci est rude.

Les fleurs apparaissent avant la foliation et sont groupées en bouquet. De couleur rougeâtre, elles sont réduites aux étamines et au pistil. Ceux-ci ne se développent pas en même temps.

La graine est une samare entourée d’une aile circulaire munie d’une échancrure au sommet.

01   03          302

Cycle de vie

La longévité de l’orme peut atteindre 300 à 400 ans, mais est souvent décimé par la grandiose. Il rejette de souche. La floraison a lieu vers Mars-Avril. Les fleurs sont pollinisée par le vent qui disperse aussi les graines.

Utilisation

Le bois des ormes est dur, dense dont le cœur est rougeâtre et l’aubier blanc jaunâtre.

Grâce à sa densité, son bois fut utilisé dans toutes les pièces soumises à frottement : charronnage, poutre, treuils cabestans, dent d’engrenage.

La charpente, la menuiserie, ébénisterie et la tournerie en fit grand usage.

Comme c’est un bois résistant à l’humidité, il fut employé dans les constructions hydrauliques, les bateaux, les pilotis, les moulins à eau.

Très résistant à la pression, on s’en servit pour fabriquer les affûts de canon.

L’écorce fibreuse fut employée à des cordages et nattes.

Même s’il est difficile à fendre, c’est un bois de feu de première qualité.

Le feuillage a été utilisé en fourrage, c’est pourquoi il fut souvent planté dans les haies, et parfois traité en têtard.

Le tronc porte souvent des excroissances que l’on nomme loupes. Celles-ci débitées sont très appréciées : feuilles de plaquage et marqueterie, objets de luxe, fourneaux de pipe, lutherie.

Les feuilles et les écorces ont des effets astringents, stimulants, sudorifiques, diurétiques.

Galerie photos

03




05
04



Retour tableau "Liste des Arbres" 

fleche

036

Sommaire

fleche

036

Lexique "Ulmus Campestris"

fleche

036