PICEA ABIES (Epicéa commun)

L’épicéa commun (Picea abies) est un arbre résineux de la famille des Pinacées du genre Picea.

Description

Caractère biologique

Taille : Arbre de 35-40 mètres de haut, pouvant dépasser en bonne station 50 mètres, certains spécimens attestés mesurent plus de 60 mètres (Europe de l’est). Le tronc de l’épicéa ne dépasse que rarement 1.5 m de diamètre.

Longévité : Jusqu’à 300-400 ans, voir plus, mais ne dépassant que rarement 500 ans. En 2008, on a pourtant trouvé un bosquet d’épicéas commun en Suède dont l'âge a été estimé par la technique de datation au carbone 14 à environ 9 550 ans.

Caractère botanique

Facilement reconnaissable par son port, son feuillage et ses cônes, l’épicéa est cependant trop souvent confondu avec le sapin, en différant cependant en tous points.

Port : Tronc droit, cime conique large en basse altitude et étroite en haute altitude et en régions nordiques.

Ecorce : Brun-rouge, finement écaillée dans le jeune âge, devenant ensuite brun-grise et grossièrement écaillée jusqu’à sa mort.

Enracinement : Traçant.

photo 1 picea abies

Feuillage et cônes

Rameaux : Brun-rouge. Longs et pendants en basse altitude (dits « en draperies »), courts et rigides en haute altitude (dits « en brosse »), aiguilles appliquées sur le rameau par un coussinet. Feuilles tout autour du rameau.

Feuilles : Aiguilles quadrangulaires, vertes foncées sur toutes les faces (10-20 mm de long), stomates blancs uniformément répartis. Persistants environ 5-7 ans.

photo 2 picea abies

Fleurs : Mâles : chatons sur le rameau de l’année précédente, en fuseaux ovales, jaune-orangé (15-25 mm).

Femelles : en position de bourgeon terminal, dressées, couleur rouge-carmin (20-40 mm), devenant pendantes une fois fécondées.

Fruits : Cônes sessiles, pendants (10-15 cm), cônes immatures rouges ou verts, devenant bruns à maturité (septembre-octobre). Écailles losangiques, dures, formes variantes selon les races (arrondies ou en double-pointe), s’écartant pour laisser tomber les graines, ne se désarticulant pas, tombants en hiver.

Graines : Petites, brunes, munies d’une membrane ailée (le tout mesurant environ 5-6 mm).

Bois : Blanc, lustré, pas d’aubier distinct, petits canaux résinifères odorants, cernes nets.

photo 3 picea abies

Distribution

L’épicéa commun est propre à l’Europe, on le retrouve à l’ouest dans les Alpes, le Jura, les Vosges, en Allemagne, en Pologne, en République Tchèque (massifs montagneux) ; au sud-est dans les Balkans, les Carpates, au nord-est des Pays baltes jusqu’à la Scandinavie et la Russie européenne.

Selon Vidakovic (1991), il existerait trois zones distinctes, correspondant aux différentes variétés :

Zone alpine : Jura, Vosges, Alpes, Alpes dinariques à partir de 400-800 mètres jusqu’à la limite supérieur de la forêt (jusqu’à 2200 mètres d’altitude dans les Alpes) ; où il forme des peuplements en mélange avec le hêtre et le sapin à l’étage montagnard et un peuplement dominant à l’étage subalpin, où se mêle parfois d’autres conifères tel le mélèze ou quelques pins.

Europe centrale : Carpates, reliefs allemands (Bavière, Thuringe, Sudètes), tchèques, Tatras, Bohème, Transylvanie (à partir de 800-900 mètres d’altitude) ; où il se mélange surtout avec le sapin pour devenir plus haut un peuplement pur, en Europe de l’est, l’épicéa commun dépasse facilement 60 mètres, des spécimens de 69 mètres ont déjà été attestés.

Zone septentrionale : Pays Baltes, Nord de la Pologne, Biélorussie, Russie européenne, Finlande, Suède, Norvège où il se mêle à l’aire de Picea obovata par des formes de transitions. Il forme des peuplements purs en basse altitude jusqu’à la limite supérieure de la forêt, les arbres de cette zone ne dépassent que rarement 35-40 mètres de haut.

En France : L’épicéa peuple spontanément les Vosges (entre 600 et 2 200 mètres), le Jura (entre 800 et 1 700 mètres) et les Alpes du Nord (de 300-400 mètres (Gorges du Fier) jusqu’à 2 200-2 500 mètres) et localement dans les Alpes du Sud. Il a largement été introduit en plaine, mais surtout dans les Pyrénées, le Massif Central et la Corse. Ses plus beaux peuplements se situent surtout en zone spontanée, dans les Vosges (en particulier la Forêt Domaniale de la Haute-Meurthe), le Jura (Second Plateau, à partir de 1 000 mètres environ) et quelques hautes vallées des Alpes.

Exigences

Tempérament robuste, plutôt héliophile, mais tolère temporairement un ombrage dans sa jeunesse.

Très résistant au froid (-35°, -40°), craignant peu les gelées printanières en raison de son débourrage tardif (contrairement au sapin qui, lui, craint beaucoup).

Préfère les sols frais et acides, mais aussi les sols calcaires. Tolérant les sols superficiels en raison de son enracinement traçant, mais donc sensible aux chablis.

Utilisations

Sylviculture

photo 5 picea abies

Epicéas en monoculture

L’épicéa fournit un bon bois, c’est pour cela qu’il est largement planté dans toute l’Europe en futaie régulière pour la production. En montagne, il est traité en futaie irrégulière (parfois jardinée) ayant pour rôle la production et la protection des milieux (avec d’autres essences), en zone touristique, il est dit que les forêts peuvent servir de recréation pour le paysage, ce qui influence la sylviculture sur plusieurs points

Bois

Le bois d’épicéa est blanc, il sert en basse qualité surtout au bois d’industrie (pâte à papier, panneaux de fibres, emballage, coffrage), mais si les accroissements sont fins et le bois tendre, de haute qualité, il servira à la charpente, à la menuiserie, au placage, au déroulage, à la fabrication de poteaux et de perches, mais aussi à la lutherie pour les plus beaux bois.

Pharmacopée

L’épicéa à des propriétés antiseptiques, balsamiques, expectorantes, sédatives, antiphlogistiques et antibiotiques. La poix de bourgogne est obtenue par incision du tronc (résine). La distillation de la poix fournit l’essence de térébenthine qui sert à la préparation d’onguent topique.

Ornement

L’épicéa commun est souvent utilisé en ornement, les différentes formes naturelles ont été sélectionnées pour former des cultivars, dont les plus fréquents sont ‘cupressina’, ‘inversa’, ‘argentea’, ‘aurea’, ‘cranstonii’, ‘nana’, ‘pyramidalis’… On recense actuellement près de 150 cultivars valides.

Traditions

On utilise traditionnellement l’épicéa commun comme sapin de noël; pourtant, l’épicéa perd ses aiguilles rapidement, ce qui le désavantage par rapport aux sapins.

Galerie Photos

photo 6 picea abies     

photo 7 picea abies          photo 9 picea abies

photo 8 picea abies     


Retour tableau "Liste des Arbres" 

fleche

036

Sommaire

fleche

036

Lexique "Picea abies"

fleche

036